Aménager un salon de coiffure dans un espace restreint

Proposer un lieu à la fois chaleureux et dans l’air du temps, voilà le pari que devait relever ce salon de coiffure vosgien de 25 m² seulement. La réussite du projet passe par trois éléments :  une ambiance industrielle, un accueil confortable et une touche finale pleine d’originalité.

Pour cela, nous avons proposé à la propriétaire de ce petit espace une atmosphère à la fois sobre et élégante, inspirée des tendances industrielles : pan de mur noir faisant écho au sol, lustre spectaculaire composé d’ampoules décoratives à filament, rehausse de blanc pour illuminer le tout et jouer les contrastes.

La question du confort de travail et d’accueil a été résolue grâce à de grands miroirs et un travail sur l’éclairage. Celui-ci ponctue l’espace en fonction des usages : des LED blanches surplombent l’espace de coiffage, un éclairage directif plus chaud accueille les clients à l’entrée et le plafonnier – toujours dans des teintes chaudes – évite l’éblouissement des clientes au shampooing.

Le petit plus  ? l’OSB (des panneaux à lamelles minces orientées, soit du bois aggloméré). Il s’invite sur le claustra qui intimise la zone de préparation, sur un habillage de mur et sur le comptoir d’accueil. Un matériau brut qui parachève en beauté la transformation de cet espace.

Rédaction: Anne Mansuis

Crédit photo: Christophe Rousselot

Le nouveau visage d’un appartement ancien

130 mètres carrés dans le centre de Nancy, des moulures et un parquet à chevrons  les charmes de l’ancien sont tous au rendez-vous. Revers de la médaille, la cuisine et la salle de bain devaient être entièrement repensées,  l’électricité refaite et surtout la décoration dépoussiérée. Pour en faire une résidence principale au goût du jour, le projet de rénovation  consistait à réhabiliter entièrement les lieux; sans dénaturer l’esprit haussmannien d’origine.

Au premier abord, la rénovation pourrait passer pour superficielle : un simple travail de peinture, de rénovation des sols et d’adaptation du mobilier au goût du jour. La réalité s’avère bien plus ambitieuse. A chaque  étape, il a fallu observer et composer avec les contraintes de l’ancien pour  trouver la solution la plus adéquate. Au final, cet appartement a gagné non seulement en confort mais aussi en style.

Une rénovation tout en subtilité

Prenons l’exemple du couloir, qui ouvre l’appartement et distribue les pièces. Si le parquet en chêne  a été conservé, son plafond a été abaissé pour y faire passer l’électricité nouvellement refaite et les gaines techniques. Ce faisant, les impostes vitrées des portes ont dû être retravaillées pour s’adapter à la nouvelle hauteur du plafond.

Poursuivons la visite et passons aux deux pièces qui se déploient de part et d’autre du couloir: la cuisine et le double salon. Dans cet appartement traversant est-ouest,  l’agencement n’imposait non pas de redistribuer les pièces, mais d’opérer un travail sur la lumière. Une verrière de style industriel a donc été installée en lieu et place de la porte de la cuisine. L’idée ? Gagner en luminosité tout en préservant l’intimité des pièces. Cet ajout apporte en outre un joli contrepoint moderne aux portes immaculées du couloir.

Gagner en confort à tout prix

Si la cuisine a gagné en lumière, la salle de bain joue la carte de l’éblouissement. Mais pour cela, la plomberie a dû être revue de fond en comble. L’estrade sur laquelle repose la baignoire ilot dissimule donc les tuyaux de ce nouvel espace baignoire-douche. Souvent mal-aimée dans les appartements anciens, cette pièce humide gagne ici  en noblesse, notamment grâce au choix des zelliges sur les parois de la douche.

Afin de chanter dans son bain sans déranger les voisins, l’isolation acoustique a également fait l’objet de soins attentifs. Les nouvelles huisseries des fenêtres, toujours en bois, préservent dorénavant plus efficacement les habitants des bruits extérieurs.

Décoration minimaliste assumée

Parquet en chêne, cheminées de marbre, miroirs dorés, tous les codes d’un appartement bourgeois sont respectés. La réponse apportée se devait d’être tout aussi qualitative, tout en évitant l’écueil du rococo. C’est dans cette optique que la propriétaire a jeté son dévolu sur le terrazzo dans la cuisine et la salle de bain. Ces fragments de pierres colorés incrustés dans du ciment accomplissent un retour remarqué dans les intérieurs. Ses qualités ? Une résistance à toute épreuve  associée à un aspect artisanal, car aucun terrazzone ressemble à un autre. Ici, il a été décidé de jouer tout en harmonie, en opérant des rappels sur la crédence de cuisine et le meuble vasque de la salle de bain.

Travaillée dans des tons sobres de noir et de blanc qui rehaussent ces matériaux premium, la décoration n’exigeait finalement qu’un clin d’œil final pour harmoniser le tout : c’est chose faite avec la robinetterie choisie dans des tons dorés. Loin de l’effet baroque, elle assure en douceur le lien entre l’Haussmann et le contemporain.

Rédaction: Anne Mansuis

Crédit photo: Christophe Rousselot

Lancement réussi !

Pour marquer sa première année d’exercice, CA-RÉ Architecteurs a eu le plaisir de présenter son activité à des confrères architectes dans le cadre des rencontres mensuelles « Vendredi c’est archi ».

Le petit déjeuner, organisé pour l’occasion dans les locaux de l’atelier de la Pép’ à Nancy (2ièmeadresse de CA-RÉ), a également permis à certains partenaires de CA-RÉ de se présenter.

Un grand merci à tous ceux qui ont participé à cet évènement !

CA-RÉ s’engage et travail avec les ARCHITECTEURS ASSOCIÉS pour un développement performant des solutions CLÉ EN MAIN.

Voici la team qui, avec le management efficace de Jean-François Gagne, a travaillé sur la stratégie de ARCHITECTEURS ASSOCIES pour les prochaines années ainsi que le plan d’actions 2019. Reçu magnifiquement par Olivier Leonard et Jean-Christophe Tollet à Narbonne, ces deux jours de travail intensifs et conviviaux auront été productifs ! Avec Hélène Grillet, Denis HUDRY, Frédéric Lefevre, Bertrand POUWELS, Nicolas GUILLOT, Camille Majal, Cedric LOUARD, Louis Jackson, christophe rousselot, Christophe Potet, Jean-Pierre BOSQUET, Richard Roussel, Cécile Potdevin, Patrick ANJUERE, Pierre MAJAL Architecte, Jossaud Pascal, Gilles Fages

Recherche dessinateur projeteur bâtiment indépendant.

CA-RÉ recherche un dessinateur projeteur en bâtiment indépendant.

Travaillant exclusivement sur Vectorworks en 2D et 3D, pour des missions de relevés de bâtiments et remise au propre en DAO, dossiers de permis de construire.

Localisation des missions: Nancy, Epinal, Vittel.

Merci de me contacter par mail : contact@ca-re.fr

Envie de rénover votre habitat? Pensez à l’étude de faisabilité!

Vous envisagez la rénovation de votre bien immobilier? Votre projet peut faire l’objet d’une étude de faisabilité.

Cette étude permet:

  • d’analyser vos besoins, en définissant votre cahier des charges.
  • d’envisager les différentes solutions à mettre en œuvre et d’en déterminer toutes les conditions.
  •  d’estimer le coût et le phasage des travaux.

L’étude de faisabilité vous permet donc de vérifier si votre projet est réalisable avant de vous en engager dans un contrat «clef en main»